Bologna – Italie 2016

YVES CEKEVDA

Fulgurance
Murnau. Le Nosferatu de Murnau. Les mains de Nosferatu : ce ne sont pas ces mains que j’ai vues, mais c’est l’image de ces mains qui m’a d’abord envahi, telle une fulgurance. L’effroi, la mort, …

Perception
Une radiographie des deux mains, l’auriculaire droit ayant été victime d’une méchante fracture ? La vision est plus rationnelle : des os, des os dépourvus de chair. Certes, les os d’un squelette peuvent encore évoquer la mort … Ou l’odeur des hôpitaux… Ou encore la souffrance … À ce stade, ce n’est guère réjouissant …  

Observation
Un passant… Ouf, il y a de la vie ! Une pulsation : le passant marche, le passant passe …

Scrutation
L’index droit bagué ou la jante d’une roue d’automobile ?
Une main gauche tatouée ou les feuilles d’un arbre ?
On devine les lettres « CV » sur la plaque d’immatriculation de la voiture claire : « CV » pour curriculum vitae ? Un passant, des autos qui roulent, un arbre : c’est encore de la vitae. Tant mieux !

Interrogation
Et puis il y a une horizontale et une verticale… qui se croisent…
Serait-ce le signe du dépassement d’une simple quête esthétique dans le chef du photographe ?

19 08 20, Yves Cekevda
cruciverbiste





No Comments